Rénover sa copropriété pour baisser ses charges et valoriser son logement

Vendredi 28 février 2020

L’ALEC Montpellier Métropole a organisé le 28 février la visite d’une copropriété montpelliéraine en cours de rénovation dans le cadre du dispositif Rénov’énergie.

Les participants ont pu échanger sur les solutions mises en place avec le conseil syndical, le syndic, le maitre d’œuvre et un conseiller en copropriétés de l’ALEC.

 

Crédit photo : f.damerdji@montpellier3m.fr

Des économies sur les charges

Construite en 1965, cette copropriété de 62 logements a entamé une démarche de rénovation en 2015.

La première étape a été le changement de la chaufferie collective au fioul par une chaudière à gaz en 2017. Ces travaux visaient 27% de baisse de consommation de chauffage et donc des charges collectives.

Profiter du ravalement pour isoler !

En 2019, les copropriétaires ont voté pour l’isolation des murs, de la toiture et une commande groupée pour le remplacement des menuiseries.
Les participants ont pu visiter l’immeuble en cours de travaux pour apprécier l’impact du chantier et échanger sur la mise en valeur du patrimoine induite par ces travaux.

Questions / réponses

Les changements de menuiseries privatives ont-ils été votés collectivement ?

Non, cela a été laissé à la décision de chacun.

L’équipe de maitrise d’œuvre a par contre proposé un modèle de menuiseries respectant les critères thermiques en vigueur et le règlement de copropriété, sous forme d’un marché à bons de commandes avec un prestataire unique.

Ainsi les copropriétaires qui le souhaitaient ont pu faire changer leurs menuiseries dans le cadre de la rénovation globale, avec un prix maitrisé.

Pourquoi avoir d’abord changé la chaudière collective, avant de faire l’isolation ?

La réflexion sur la rénovation de la copropriété était déjà en cours. La logique voudrait que l’on réduise les besoins de chauffage en isolant avant d’opter pour une nouvelle chaudière de puissance plus modeste.

Cependant, dans ce cas, c’est un impératif technique qui a guidé ce calendrier. L’ancienne chaudière au fioul n’était plus aux normes et présentait trop de dysfonctionnements récurrents, elle menaçait de tomber en panne en cours d’hiver.

Comment ont pu être mobilisées les aides individuelles de l’ANAH dans le cadre de ce projet collectif ?

Montpellier Méditerranée Métropole anime un Programme d’Intérêt Général et mobilise les fonds de l’ANAH ainsi que des fonds propres pour aider les foyers éligibles à mobiliser des aides financières pour la rénovation de leur logement.

Ce dispositif s’applique également aux copropriétaires éligibles individuellement dans le cadre de travaux collectifs.

Urbanis, l’opérateur retenu par la Métropole, a été associé au projet. Il a pu identifier les foyers éligibles, les conseillers et monter les dossiers de demande d’aides.

Quel est le surcoût engendré par une isolation des murs par l’extérieur par rapport à un ravalement “classique” ?

En moyenne l’isolation thermique des murs par l’extérieur est 50% plus coûteuse qu’un ravalement classique.

Cependant, l’isolation (sous réserve de respecter les critères techniques d’éligibilité), permet d’accéder à différentes aides financières ainsi qu’à une TVA à 5,5% au lieu de 10%, ce qui permet d’atténuer le surcoût financier pour les copropriétaires.

Comment ont été traités les éléments amiantés sur les façades de la copropriété lors des travaux ?

Afin que les entreprises puissent intervenir sur les façades, les éléments amiantés ont été coffrés. Des trappes d’accès ont été mises en place en cas de nécessité d’accès aux parties impactées par l’amiante.

Une autre solution consiste à désamianter l’ensemble des éléments identifiés sur la copropriété. Cependant, ce type de travaux est extrêmement coûteux.

Par conséquent, lorsqu’un coffrage est possible, cette solution est généralement retenue afin de préserver l’équilibre financier d’un tel projet.

Quelle est la durabilité de l’isolant ?

Quand l’isolant a été correctement mis en place (tramage et fixation bien réalisés), la durée de vie est supérieure à 40 ans.

En cas de ravalement ultérieur, un simple rafraichissement des façades sera réalisé par-dessus l’isolant s’il est en bon état.

Comment effectuer le choix des entreprises ?

En règle générale, afin de sélectionner une entreprise pour de tels travaux, il est recommandé de s’assurer que le chiffre d’affaire de l’artisan soit au moins 4 fois supérieur au montant des travaux.

Également, s’assurer que l’entreprise dispose d’une assurance à jour, qu’elle soit labellisée Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) pour accéder aux aides financières.

Vous pouvez aussi consulter ses références sur des travaux similaires. Celles-ci doivent  respecter le cahier des charges qui leur a été transmis.

La mission du maitre d’œuvre est justement d’aider la copropriété à analyser et sélectionner les offres en adéquation avec les travaux prévus.