Choisir et bien gérer mon éclairage

Choisir mon éclairage

L’éclairage représente une part très importante de la facture énergétique d’un commerce qui peut parfois atteindre les 60%.

Il est donc primordial de s’intéresser à ce poste de dépenses pour réaliser des économies rapides en faisant les bons choix.

Il existe une multitude de lampes différentes et il est souvent difficile de s’y retrouver et de choisir la bonne. En effet, de nombreux facteurs entrent en jeu : puissance, luminosité, qualité de lumière, température…

Pour mieux s’y retrouver, nous allons vous présenter les différents types de lampes et leurs caractéristiques. Puis nous approfondirons sur les lampes les plus intéressantes en terme d’économie d’énergie.

Dans votre commerce vous pouvez trouver des lampes des catégories suivantes :

  • Les lampes incandescentes halogènes sont assez énergivores. Les lampes sans réflecteur sont à différencier des lampes à réflecteur, souvent utilisées en éclairage d’accentuation mais dégageant beaucoup de chaleur. Malgré leur consommation excessive, elles sont toujours utilisées dans les commerces ;
  • Les lampes aux iodures métalliques sont moins énergivores que les lampes halogènes (jusqu’à 5 fois moins consommatrices d’énergie) et plus résistantes (jusqu’à 15 000 heures de fonctionnement). Elles sont notamment utilisées en éclairage de vitrine ou d’accentuation. Leur flexibilité de température de couleur et leur faible dégagement de chaleur sont les deux avantages de ce type de source ;
  • Les lampes fluorescentes (fluo compactes ou tubes fluorescents) sont notamment utilisées dans les zones où l’éclairage doit être uniforme et important. Ce sont des lampes peu énergivores et présentant un IRC élevé. Elles sont aussi assez résistantes ;
  • Les lampes à LED présentent des caractéristiques intéressantes en matière de consommation et de rendu de couleur. Elles ont une bonne durée de vie (20 000 heures en moyenne) et on les trouve sous toutes les formes. Elles peuvent être intégrées à d’anciens luminaires (halogène, par exemple)
  • Les OLED permettent un éclairage sur une surface. Elles sont cependant assez énergivores et donc réservées à l’éclairage décoratif et de balisage ;
  • Les néons permettent d’obtenir une palette de couleurs intéressante. Ces sources sont notamment utilisées pour les enseignes lumineuses.

Il est nécessaire de changer des lampes trop énergivores par des lampes aux iodures métalliques, des LED ou encore des lampes fluorescentes. Nous allons nous intéresser à ces trois types de lampes pour la suite.

Pour bien choisir sa lampe, il faut s’intéresser aux critères suivant :

  • Prioriser des rendements lumineux ≥ 100 lm/W (à titre de comparaison une lampe halogène présente un rendement lumineux médiocre de l’ordre de 20 lm/W).
  • Se renseigner sur la bonne couleur de lumière qui doit être adaptée au type d’activité.
  • IRC : indice de rendu des couleurs élevé (> 80 sur 100) pour ne pas altérer la couleur naturelle des produits à la vente.
IRC Efficacité lumineuse (lm/W) Durée de vie (h) Température de couleur (K) Application
Lampes aux iodures métalliques > 90 Jusqu’à 100 < 15 000 3 000 – 4 200 Vitrine
Accentuation
Lampes à LED > 80 Jusqu’à 120 < 50 000 2 300 – 7 000 Général
Vitrine
Accentuation
Enseigne
Lampes fluorescentes

  • Fluo compactes
  • Tubes fluorescents
Jusqu’à 104
(tubes T5)
< 24 000
(tubes T5)
2 700 – 6 500 Général
Enseigne

Source : ADEME

Les LED ressortent comme les lampes idéales d’après les caractéristiques choisies dans ce tableau. En effet, elles répondent à tous les besoins d’un commerce et présentent une plage de température de couleur très intéressante.

Pour bien finir le choix de son éclairage il faut se renseigner sur la température de couleur adéquate par rapport au type de commerces (exemple un poissonnier choisira une couleur blanche voir bleuté tandis qu’une boulangerie préfèrera une couleur jaune / dorée).

Gérer mon éclairage et respecter la réglementation

Pour continuer dans une démarche d’économie d’énergie sur l’éclairage, on peut s’intéresser aux systèmes d’automatisation ou de régulation.

En effet, certains éclairages restent inutilement allumés par manque d’automatisation de certains systèmes. Un jour de grand soleil, l’éclairage intérieur peut être diminué pour profiter de cette source de lumière naturelle.

Il est possible d’automatiser une partie de l’éclairage avec des détecteurs de présence, des détecteurs de luminosité mais aussi des changements de lumière ou d’intensité. Ces moyens peuvent aussi permettre d’attirer l’œil du client, de lui donner envie de rentrer, mais aussi de mettre en valeur les produits de la vitrine de manière plus contrastée.

Par ailleurs, il est toujours bien d’entretenir ses luminaires et de les nettoyer régulièrement pour permettre un éclairement optimal.

Recycler mes lampes

Attention, certaines lampes peuvent être jetées à la poubelle classique, d’autres sont recyclables et d’autres encore doivent être recyclées dans des centres spécialisés.

Pour savoir où et comment recycler vos ampoules, vous pouvez vous rendre sur ce site.

Réglementation nocturne

La réglementation oblige les commerces à être éteints après la fermeture et à éteindre leurs enseignes et vitrines entre 1h du matin et 7h du matin (ou une heure après la fermeture et une heure avant l’ouverture).

La pollution lumineuse est un véritable enjeu pour la biodiversité de notre pays et de nombreuses espèces sont en voie d’extinction dû à un trop fort éclairage nocturne.

Source : FNE Midi-Pyrénées