Dépenses eau et énergie : que consomme ma commune ?

L’ALEC Montpellier Métropole a dévoilé les chiffres clés des consommations d’eau et d’énergie des communes de la Métropole de Montpellier le 28 juin 2018.

Une enquête inédite

Depuis plusieurs années nos conseillers collectent et analysent les données de consommation d’énergie et d’eau des équipements des communes de la Métropole.

Cette vaste étude est la première à cartographier précisément les dépenses en énergie et en eau de notre territoire.

Quelques chiffres

Chaque année les communes dépensent en moyenne :

  • 13,8 € / habitant pour les consommations d’énergie des écoles, des gymnases, des bureaux…
  • 4,3 € / habitant pour les consommations d’eau de ces mêmes bâtiments et les espaces verts
  • 11,6 € / habitant pour l’éclairage public

Au total près de 13 millions d’euros sont dépensés chaque année en eau et en énergie dans les communes de la Métropole de Montpellier.

Pour avoir une idée des consommations de votre commune, téléchargez les chiffres clés.

Comment expliquer les disparités entre communes ?

Les différences de consommations d’énergie (bâtiments et éclairage public) et d’eau entre les communes s’expliquent par :

  • Plus de services dans certaines communes (sport, associations)
  • Des équipements gourmands en eau (stades, parcs…) ou en énergie (patrimoine historique, km de voirie éclairé)
  • La vétusté des équipements. De vieilles ampoules peuvent provoquer entre 30 et 40% de surconsommation.
  • Une volonté politique plus ou moins forte sur ces sujets et une organisation interne en conséquence
    Certaines communes y mettent un point d’honneur en engageant une personne dédiée (un économe de flux).

Quel est Le rôle de l’ALEC ?

Suivi

L’ALEC effectue un suivi des consommations d’eau et d’énergie des communes n’ayant pas de personne dédiée.

  • Mon fournisseur d’eau est censé me prévenir dès qu’il soupçonne une fuite ?

Le fournisseur d’eau est tenu de s’occuper des fuites avant compteur. Après compteur c’est à l’usager de réparer son réseau et d’effectuer le suivi.

Certains fournisseurs peuvent alerter suite aux relevés d’index s’ils détectent une consommation anormale. Toutefois ces relevés n’ont lieu qu’une fois tous les 6 mois. Le conseiller de l’ALEC, en lien avec les services techniques municipaux, peut mettre en place une surveillance mensuelle.

  • J’ai déjà un système de télé relève, en quoi l’ALEC peut-elle m’aider ?

Ce suivi peut être crucial comme lorsque la télé relève de Castries est tombée en panne. « Notre conseiller de l’ALEC nous a alerté pour signaler des fuites » témoigne Laurence Vander Heyden, directrice des services Techniques de la ville de Castries.

  • J’ai l’impression que mon école consomme beaucoup pour le chauffage ?

Le conseiller de l’ALEC peut facilement comparer vos bâtiments avec ceux des autres communes pour identifier les surconsommations et vous aider à en identifier la cause.

Accompagnement

Nous proposons également des accompagnements, de la sensibilisation.

  • Concrètement que proposez-vous comme accompagnement ?

« Sur trois écoles, nous avons effectué un suivi mensuel de la consommation d’eau, explique Laurence Vander Heyden, directrice des services technique de la Ville de Castries. Nous avons utilisé des mousseurs, des robinets temporisés et formé les agents. De 25 961 euros en 2016 la facture est passée à 22 873 euros en 2017, une belle économie ».

Les agents des communes de Clapiers et de Saint-Jean-de-Védas ont été formé/sensibilisé cette année afin d’être les premiers acteurs de la transition énergétique dans leur commune.

Transversalité

Le défi des éco’minots propose à 20 écoles de la Métropole de se challenger sur les économies d’eau et d’énergie.

  • Comment faire changer les habitudes ?

Le défi s’adresse à tous : élèves, enseignants, animateurs, personnel technique… Ensemble l’objectif est d’économiser le plus d’énergie et d’eau.

Patrick Hiblot, directeur général Adjoint de la ville de Fabrègues insiste sur l’importance d’avoir une « philosophie » commune. Que chacun comprenne et partage le bien fondé de faire des efforts pour économiser de l’eau et de l’énergie.

Ensuite c’est une question d’organisation :

  • Solliciter les élus et les usagers le plus tôt possible
  • Avoir une bonne connaissance de ses sites (en faisant appel à l’ALEC)
  • Nommer un référent (le projet étant transversal, il est essentiel d’avoir un interlocuteur identifié)
  • Communiquer pour suivre les évolutions

Et le changement d’habitudes se réalise.

Zoom sur l’éclairage public

Témoignage d’une commune ayant participé au jour de la nuit

Eliane Lloret, Maire de Sussargues a témoigné au sujet du Jour de la Nuit. En 2017, la commune a participé à cet événement de sensibilisation à la pollution lumineuse.

Le temps d’une soirée, l’éclairage public est éteint pour laisser place à des animations : observation des étoiles, des animaux nocturnes, balades contées…

« C’est une expérience à vire ! Nous nous sommes rendus compte à quel point l’éclairage peut impacter la biodiversité. En effet de nombreux animaux sortent lorsqu’il fait nuit. De plus, les automobilistes ont spontanément adapté leur comportement en réduisant leur vitesse » explique-t-elle.

Est-ce dangereux d’éteindre l’éclairage public ?

En terme de sécurité les gendarmes de Prades-Le-Lez, une commune pratiquant l’extinction d’éclairage public entre 1h et 5h du matin n’ont constaté aucune évolution du nombre de cambriolages depuis 2015 (date à laquelle l’extinction partielle d’éclairage public a été mise en œuvre). De plus, les assureurs constatent que 80% des cambriolages ont lieu en plein jour.

Le cas de la ville de Montpellier

Présentation du service énergie

Michel Irigoin, directeur Energie et Moyens Techniques de la Ville de Montpellier a présenté l’historique et les missions du service énergie.

Crée en 1985, l’objectif du service énergie est de maîtriser les consommations d’énergie et maintenant d’eau des bâtiments de la ville : bureaux, écoles, espaces verts…

Comment suivre les consommations d’énergie et d’eau ?

Pour ce faire la majorité du travail repose sur les factures. Le service vérifie toutes les factures d’eau et d’énergie de la Ville. Ce suivi assidu permet de traiter rapidement les potentielles fuites, les erreurs comptables et les surconsommations.

Le service peut alors intervenir pour constater, réparer ou proposer de nouvelles solutions.

Quel type de solutions sont proposées ?

C’est le cas du chauffage des gymnases. On préconise 14°C au sein des équipements sportifs. Toutefois, pour des sports comme le yoga, la gym ou autre cette température peut être trop froide.

Le service énergie a fait installer un bouton poussoir à l’entrée du gymnase pour mettre le chauffage en route durant une durée de 3h. Ainsi la température est modulable selon les sports et il n’y a pas de risque d’oubli une fois la pratique du sport terminée.

L’usager joue un rôle important

Enfin Michel Irigoin a rappelé l’importance du travail pédagogique sur l’énergie et l’eau : l’utilisateur ne voyant pas toujours l’eau et l’énergie qu’il consomme, il n’a pas toujours conscience de consommer de l’eau et de l’énergie.

Champs d’étude des chiffres clés

Ces chiffres comprennent…

Ces chiffres clés s’appuient sur des données de 2016. L’étude a été réalisé sur 26 communes de la Métropole dont nous disposons des données.

Ces chiffres ne comprennent pas…

Les bâtiments de Montpellier Méditerranée Métropole ne sont pas pris en compte (médiathèques, piscines, certains espaces verts…).

L’eau de forage n’est pas prise en compte dans les consommations d’eau.

Pour aller plus loin