Isolation

Pourquoi faut-il bien isoler son logement ?

L’isolation permet de réduire vos factures d’énergie, d’éviter les surchauffes l’été et d’accroître votre confort.

En effet, les parois non isolées sont froides et provoquent des sensations d’inconfort qui obligent à s’en éloigner ou à élever la température de l’air. Une bonne isolation supprime cet “effet de paroi froide”.  De plus, l’isolation thermique permet souvent d’améliorer l’isolation acoustique.

Où part votre énergie ?

Les déperditions de chaleur d’un logement ont des origines multiples : murs, ventilation, vitres…
Pour une maison individuelle, c’est la toiture qui enregistre le plus de déperditions.

Déperdition de chaleur dans un logement
Légende : V ventilation, T toiture, F fenêtres, M murs, PB plancher bas, Pth ponts thermiques. Source images : Guide de recommandations DPE, Ministère en charge de l’énergie

Qu’est ce qu’un pont thermique ?

Pont thermique. Source image : Ademe

Un pont thermique est le point faible d’une enveloppe isolée : on le rencontre souvent entre les jonctions de parois, dans les angles, au niveau des appuis de fenêtres… Plus on isole un bâtiment, plus les ponts thermiques prennent de l’importance. L’isolation doit être conçue et réalisée de façon à minimiser ces ponts thermiques. Afin de les corriger lorsque l’on isole par l’intérieur, on met en œuvre des rupteurs de ponts thermiques.


Comment isoler ?

L’isolation est envisageable sur tous les éléments de construction.

Attention ! Pour toute modification de l’isolation, l’amélioration du système de ventilation est indispensable afin d’éviter les risques d’humidité et de condensation. En effet, l’humidité qui s’évaporait naturellement par les éléments non étanches (murs, fenêtres…) se retrouve bloquée par les nouveaux matériaux mis en place.

Comment isoler les murs ?
Comment isoler la toiture ?
Comment isoler le plancher ?
Comment isoler les parois vitrées ?

Bien choisir l’isolant

  • Un isolant doit tout d’abord avoir une bonne résistance thermique (R) pour limiter les transferts de chaleur. En savoir plus.
  • L’inertie est une qualité précieuse en été. Plus l’inertie d’un matériau est forte, plus il va se réchauffer et se refroidir lentement. En été, cette inertie contribuera à atténuer et déphaser les pics de surchauffes pour les rendre plus supportables. Ainsi, la chaleur estivale commencera
    Isolants. Source image : ALEC Montpellier

    à pénétrer dans le logement le soir, au moment où l’on peut profiter de la fraîcheur nocturne pour l’évacuer. Dans ce domaine, la laine de bois et la ouate de cellulose présentent de très bonnes performance.

  • Particularité de l’isolation de la toiture. L’inertie de la toiture est primordiale car, avec les vitrages, c’est elle qui apporte le plus de chaleur en été. Dans le cas de toitures légères (plancher bois, plaques de plâtre), c’est sur le choix de l’isolant que repose le confort d’été. A noter que cela n’est pas valable dans le cas d’une toiture lourde (dalle béton) car c’est elle qui apporte cette inertie, le choix d’un isolant dense n’aura donc aucun impact.
  • Il est préférable d’utiliser un isolant rigide et / ou dense (au moins 30-40 kg/m3) pour limiter le risque de tassement et avoir ainsi une bonne tenue dans le temps.
  • Privilégier les produits certifiés, les informations qu’ils affichent sont objectives et vérifiées. Un grande part des isolants (majoritairement traditionnels) bénéficie d’une certification ACERMI. De nombreux produits possèdent d’autres évaluations volontaires : un Agrément Technique Européen (ATE), un Avis Technique (ATec) ou un Document Technique d’Application (DTA), Un label de qualité devrait très prochainement être mis en place pour les isolants écologiques : Avis Qualité Matériaux Biosourcés (AQMB).
  • Pour une isolation également acoustique, veiller à un bon indice d’affaiblissement acoustique (Rw).

Les compléments : les produits minces réfléchissants

En raison de leurs faibles performances thermiques au regard des exigences actuelles, le terme d’isolant n’est pas adapté à ce type de produit qui ne doit pas être utilisé seul, mais en complément d’un isolant traditionnel
Pour en savoir plus, consulter l’Avis de l’ADEME

Isolation des planchers

Tout comme les murs, la température du sol conditionne notre sensation de confort thermique.

Rappelons qu’il n’est pas nécessaire d’isoler thermiquement les planchers intermédiaires situés dans le volume habitable, entre deux espaces chauffés.

Isolation des murs

Avant d’isoler un mur, il est primordial de s’assurer qu’il est sain et ne présente pas de remontées ou d’infiltrations d’eau. Outre les désagréments et dégradations dus à l’humidité, les capacités de nombreux isolants seront dégradées. Le traitement préalable des zones humides est donc indispensable avant des travaux d’isolation.

Isolation de la toiture

La toiture a généralement une surface inférieure aux murs, mais l’air chaud plus léger s’élevant naturellement, c’est par la toiture que s’effectue la majorité des déperditions thermiques. L’isolation des toitures est la plus rentable, elle est donc souvent la première étape à réaliser car le potentiel d’économies d’énergie est important.

Isolation répartie

Source image : ALEC Montpellier Métropole

Cette solution permet d’isoler et de construire avec un seul produit porteur et isolant. Utilisée en construction neuve, elle est aussi intéressante dans le cas d’une réhabilitation lourde : extension ou surélévation.

Deux types de produits sont proposés sur le marché :

  • Les briques monomurs en terre cuite dotées d’alvéoles.
  • Les blocs de béton cellulaire.