Énergie dans les bâtiments

Pour savoir quelle direction emprunter, il faut d’abord connaître d’où l’on part et où l’on se situe par rapport aux autres !

Savez-vous quel est le budget de votre commune alloué à l’énergie ?

L’état des lieux du patrimoine permet de mieux connaitre les consommations et d’identifier les bâtiments les plus énergivores. C’est sur ces derniers que des actions vont pouvoir être mises en place avec un temps de retour rapide.

 

graphique énergie et vous

Et en comparant avec les communes voisines, savez-vous où vous vous situez ?

Les conseillers de l’ALEC sont là, pour vous aider à réaliser un état des lieux des consommations d’énergie de vos bâtiments afin d’identifier ceux dont la consommation est importante par rapport à des références locales.

Image 3En cliquant sur l’image ci-contre, vous accéderez au rapport type d’état des lieux des consommations d’énergie et d’eau que nous pouvons fournir à l’échelle de la commune.

Une fois ce travail réalisé, il est possible de cibler certains bâtiments (bâtiments les plus énergivores) et d’identifier des actions d’optimisation simples à mettre en œuvre. Pour accéder au rapport type que nous pouvons fournir à l’échelle d’un bâtiment, cliquez ici.

Le saviez-vous ? Le coût énergétique d’une école est en moyenne de 15000€/an !

La consommation d’énergie des bâtiments communaux de la métropole montpelliéraine représente environ 70 % de la consommation totale d’énergie de ces communes pour un coût d’environ 27€/hab. Ce sont les écoles qui consomment le plus ; elles représentent environ 30 % de ces consommations.

Chaque année, cette tendance évolue à la hausse : en France en 2005, le coût était de 25€/hab. alors qu’aujourd’hui il est de l’ordre de 35€/hab. !

L’ALEC, dans le cadre de ses missions, peut vous permettre de mieux connaitre les consommations de vos bâtiments communaux, de vous situer par rapport à des moyennes locales/nationales et d’identifier des gisements d’économies d’énergie et d’eau.

Un conseiller de l’ALEC vous accompagne pour identifier des actions d’amélioration ne nécessitant pas ou peu d’investissements.

En moyenne, le potentiel d’économie d’énergie au sein des communes est de 15 %, avec un temps de retour inférieur à 2 ans, seulement avec des actions simples à mettre en œuvre.

Quelques exemples d’actions simples à mettre en place :

Chauffage :

  • vérifier les températures par la mesure (outils enregistreurs),
  • agir sur la régulation (avec l’exploitant),
  • sensibiliser les utilisateurs.
Isolation du bâti :

  • agir sur le confort (limiter les entrées d’air),
  • opter pour des matériaux performants.
Éclairage :

  • agir sur le temps de fonctionnement (détecteur de présence, etc.),
  • opter pour des technologies plus performantes (T5, LEDs, etc.).
Ventilation :

  • agir sur le temps de fonctionnement (horloges programmables, etc.).
Électricité spécifique :

  • supprimer les veilles (mise en place de coupes-veilles, horloges, etc.),
  • sensibiliser les utilisateurs.
Eau chaude et froide :

  • ajuster le débit et le vérifier par la mesure (débitmètre),
  • agir sur les systèmes (avec les agents communaux).

En moyenne, la répartition du potentiel d’économie d’énergie par type d’action est la suivante :

image : Répartition du potentiel d’économie d’énergie par type d’action
Répartition du potentiel d’économie d’énergie par type d’action

Pour aller plus loin