L’autoconsommation photovoltaïque : arnaque ou aubaine ?

Pourquoi Monsieur Thomas P. a consulté l’ALEC ?

Pose panneaux photovoltaïques
© Arnaud Bouissou – Terra

Monsieur Thomas P. dispose d’une maison à Grabels, une entreprise lui a proposé l’installation de panneaux photovoltaïques. Il entend de plus en plus parler d’un nouveau modèle de production : l’autoconsommation. Après en avoir discuté avec l’entreprise démarcheuse, elle lui propose d’installer des panneaux pour couvrir jusqu’à 80 % de ses besoins électriques suivant ce modèle de production. L’investissement proposé s’élève à 13 500€ pour 6 kWc installés (kilowatt-crête : puissance électrique maximale pouvant être fournie par 1 panneau photovoltaïque dans des conditions de température et d’ensoleillement standard), pour des économies estimées à 100€ par mois sur sa facture d’énergie.

Très intéressé par le développement de la technologie photovoltaïque et par ce modèle novateur d’autoconsommation, Monsieur Thomas P. trouve la démarche intéressante et l’offre attractive. Cependant, ayant eu vent des démarchages abusifs et des problèmes rencontrés avec certains professionnels du domaine, il s’interroge sur la viabilité technique et économique du projet. Il décide donc de contacter par mail l’Agence Locale de l’Energie et du Climat Montpellier Métropole pour en discuter avec un conseiller de l’Espace Info Energie.

Que lui avons-nous apporté ?

Un échange par mail complété d’un échange téléphonique a été proposé à Thomas P. afin d’étudier en détail son projet, lui présenter les subtilités de ce nouveau modèle, ainsi que pour établir le potentiel d’économies réalisable avec ce type d’installation suivant son profil de consommation.

Plusieurs informations générales et techniques lui ont été apportées :

  • L’autoconsommation émerge et devient peu à peu compétitive dans un contexte de baisse des tarifs d’achat du photovoltaïque en vente totale, de baisse du coût de production photovoltaïque et de l’augmentation du prix de l’électricité achetée aux fournisseurs.
  • A l’heure actuelle, pour la plupart des particuliers, la vente totale reste aujourd’hui le mode de production le plus intéressant d’un point de vue financier.
  • Pour un projet pertinent d’autoconsommation, il est essentiel de corréler au maximum sa consommation électrique avec le profil de production photovoltaïque.
  • Un foyer présentant un profil qui semble adapté à l’autoconsommation est donc un foyer qui peut consommer une part importante d’électricité en journée (via des programmateurs ou personnes largement présentes). Ainsi, l’utilisation de la climatisation ou d’un dispositif d’eau chaude sanitaire électrique programmé pour fonctionner en journée, de piscine, voiture électrique rechargeable en journée, etc. peut permettre une installation pertinente. Pour un particulier, les installations correctement dimensionnées excèdent rarement 3 kWc).
  • Le surplus d’électricité produite, non consommé sur place, peut être soit injecté gratuitement sur le réseau soit vendu (à un tarif d’achat de 0,10€/kWh pour les projets < 9 kWc). L’utilisation de batteries pour stocker l’électricité non consommée est actuellement trop coûteux pour être intéressant financièrement.
  • La viabilité économique du projet dépend essentiellement de la partie d’électricité produite autoconsommée : il est donc impératif de minimiser le surplus en établissant précisément votre profil de consommation pour bien dimensionner l’installation !

Sur le devis, plusieurs informations clés à repérer :

  • La puissance installée : généralement entre 1 kWc (pour un foyer moyen) et 3 kWc (pour un foyer ayant beaucoup d’équipements électriques : chauffage de la piscine, climatisation, etc.).
  • Le coût moyen d’un kit de 3 kWc est de 7 500 – 9 000 € (pose comprise, raccordement non compris).
  • Le type d’installation : en autoconsommation avec ou sans revente du surplus au réseau.

Avant de signer, bien se renseigner !

Dans le cas de Thomas P., son foyer est chauffé au gaz, il ne dispose pas de piscine ni de climatisation. De plus, personne n’est présent au foyer en journée hormis le week-end, il part généralement en vacances hors de son logement durant 2-4 semaines durant les mois d’été chaque année.  L’installation qui lui a été proposée est largement surdimensionnée, son équipement et son profil de consommation actuel ne semble pas adapté au modèle d’autoconsommation.

Vous souhaitez en savoir plus ?